Presse du Bénin est dédiée à la revue des quotidiens les plus représentatifs au Bénin.

Le blog de La Presse Béninoise

Presse du Bénin est dédiée à la revue des quotidiens les plus représentatifs au Bénin.

LOI DES FINANCES 2014

com

gregoire laorou president de la commission des financesLes dessous du rejet d'hier

C'est la première fois que les députés votent un budget général de l'Etat par vote secret. Et c'est bien la première fois que Boni Yayi, disposant pourtant d'une majorité claire au parlement, voit son budget rejeté par une majorité tout aussi claire. Que s'est-il donc passé? La faute est au vote secret. Le président de l'Assemblée nationale, sous la pression de l'hémicycle avait estimé que, pour la sécurité du scrutin, il fallait un vote garantissant à chacun une liberté suffisante. Et c'est ce qui fut fait. Le vote à mains levées aurait immanquablement obligé les partisans du Chef de l'Etat, à jouer à l'hypocrisie. C'est dire que, jusqu'ici, beaucoup ont été contraints à jouer de la comédie pour plaire au chef et surtout pour ne pas subir des contre-coups politiques sur le terrain. L'argent a circulé Et pourtant, selon nos informations, le Chef de l'Etat a rencontré tous les députés membres de sa majorité jusqu'à la veille du vote d'hier. Venus par binôme, ils auraient été entretenus sur la nécessité de maintenir la cohésion du groupe. Bien entendu, selon nos sources, chacun est reparti avec un petit pécule de cinq millions de FCFA. Mais ceci n'a pas été du goût de bon nombre d'entre eux qui s'attendaient à mieux. Par le passé, les lois de finances ont pu passer avec trois fois plus. Toujours, selon nos sources, le camp de l'opposition n'est pas resté inactif non plus. Nous apprenons que des millions ont été distribués pour décider les parlementaires encore hésitants au sein de la majorité. 'Nuit noire à la présidence Boni Yayi s'attendait à tout sauf à ce cinglant désaveu. C'est une gifle qui sonne comme un discrédit total pour son gouvernement. Depuis les conseillers techniques jusqu’aux ministres, les informations du parlement ont été vécues au Palais comme une douche froide, un coup de tonnerre dans un ciel serein. « Les gens ne croient plus à l'autorité du Chef de l'Etat", déclare un chargé de mission contacté par téléphone hier. Et d'ajouter: « C'est le début le plus clair de la désaffection pour Boni Yayi ». Apprenant dans la soirée d'hier que sa propre majorité a voté contre son projet, le Chef de l'Etat en était totalement abattu. Pour le moment, tout le monde attend de savoir ce qu'il fera après ce coup de massue.

Olivier ALLOCHEME(L’Événement Précis)

Repost

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog